La Chaîne et la Trame, expo textile et sonore

Documentaire, Exposition |

Des robes s’exposent et laissent passer les voix de ceux qui ont participé à leur fabrication. Avec la créatrice textile Anne-Claire Ricordeau.

 

Voilà maintenant deux ans que l’activité du Sonographe est hébergée par le Jardin de Verre, espace de spectacles vivants, à Cholet. Au même moment que moi s’y installait Mademoizelle Zig Zag. Sous ce nom, Anne-Claire Ricordeau crée costumes de théâtre et autres formes textiles. L’une au rez-de-chaussée et l’autre au premier étage. Nous avons fait connaissance et, très vite, nous avons eu envie de mélanger nos deux pratiques.

Plus nous discutions sur nos différentes expériences, plus le dialogue entre nos deux matières semblait évident. C ‘est ainsi qu’est né le projet d’exposition textile et sonore La Chaîne et la Trame.

A travers lui nous souhaitions interroger à la fois le lien que chacun entretien avec le vêtement, ainsi que la question de la transmission des savoirs-faire autour de la couture.

Le projet a commencé le 14 janvier 2012, avec la Garde-robe des Choletais : un temps de collecte de vêtements et de témoignages auprès des habitants de la ville. « Je donne ce pull qui a appartenu à ma fille et qui a été un sujet de discorde avec sa mère qui trouvait qu’il remontait trop au-dessus du nombril « ; « Je donne ce pantalon acheté un jour de partiel pour me changer les idées « ; « Je donne cette jupe dont j’ai tant aimé la sensation du tissu entre les jambes « , etc. Une soixantaine de personnes se sont déplacées pour livrer, en même temps qu’un vêtement, un petit bout d’eux-mêmes.

Puis, entre janvier et juillet, Anne-Claire a animé des ateliers avec une trentaine de volontaires. Pour découper les vêtements récoltés, assembler les morceaux et recréer des pièces uniques.

Au cours des ateliers, je promenais mon micro et les échanges allaient bon train autour de la pratique de la couture. Le résultat : cinq robes racontent leur histoire à travers la voix des donneurs et celle des créateurs, au milieu des froissements de tissu et des bruits de machines à coudre.

L’ensemble est exposé depuis le 14 septembre (et jusqu’au 11 novembre) au Musée du Textile de Cholet.

Chaque robe est reliée à un système d’écoute sur casque.

Et petite satisfaction personnelle (pour moi qui travaille régulièrement avec des lieux d’exposition) : si, si, les visiteurs sont capables d’écouter les robes dans leur intégralité, et même TOUTES les robes!

Les photographie de Delphine Lethu / l’Oeil à la Page, retracent l’histoire de cette drôle d’aventure humaine.

A l’écoute : la robe De l’asphalte naissent les fleurs, 6’27

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *