Bio

Le son de Cécile Liège, accélérateur d’imagination

C’est armée d’un petit magnétophone que Cécile, enfant, enregistre déjà les sons qui l’entourent, la voix d’un proche ou le murmure d’un ruisseau. Ecouter ces enregistrements simples lui procure une émotion physique qui la bouleverse.

Chez ses parents, la radio est toujours allumée. Avec sa sœur, elle invente alors ses premières émissions sur Radio Marie FM, une onde familiale et confidentielle ! Quelques années plus tard, ses études la conduisent à Paris où elle étudie la gestion culturelle. Le recul intellectuel qui lui est enseigné la stimule. Elle se tourne ensuite vers une formation de journaliste à Strasbourg. Elle y travaille notamment l’expression sonore sous une forme documentaire pour les ateliers de Création radiophonique de l’Est, ce qui lui permet de consacrer du temps à ceux qu’elle interviewe.

Quand Cécile Liège revient dans la région, elle brise définitivement les carcans de l’apprentissage grâce aux magazines qu’elle réalise pour Alternantes FM. L’opportunité de réaliser un documentaire sonore sur une cité ouvrière la conforte dans sa volonté d’orienter son travail vers des formats libres. Puis elle rencontre un photographe avec qui elle monte des expositions et prend peu à peu ses marques en tant qu’auteur. Elle est convaincue qu’enregistrer la voix des gens permettra de plonger dans leur univers en restituant l’authenticité de leurs émotions. Ainsi construit-elle son projet, intitulé le Sonographe, autour de cette idée.

Elle anime également de nombreux ateliers : émissions radio, fictions, adaptations de romans ou de contes. Elle réalise aussi des paysages et des balades sonores. Créative, elle saisit des bribes de réalité et nous en chuchote la poésie au creux de l’oreille.

Texte de Fanny Courtiau, rédactrice au sein de L’Ouvre-Boîtes 44.

Les commentaires sont fermés.